fond page
asso.lamarisma@gmail.com

LA SEMANA SANTA




ORIGINE
El silencio

La foi catholique profondément enracinée et l' aptitude du peuple espagnol à exprimer ses sentiments et à les extérioriser font que les fêtes religieuses revêtent un éclat extraordinaire. Toute l'Espagne et l'Andalousie en particulier célèbrant avec des processions les événements qui conduiront à la Mort du Christ et à sa Résurrection.En Andalousie, la Semaine Sainte est un moment très fort.

Cette tradition est ancienne; elle remonterait au début de la chrétienté dans la Péninsule ibérique. Le Vendredi Saint, des rassemblements par quartier ou par corporation défilaient dans la rue en pratiquant la mortification. Interdites par le pape Clément VI, ces pratiques furent remplacées par des processions avec le transport d' une croix ou de tableaux sculptés représentant les scènes de la Passion du Christ.
La Semaine Sainte commence le Dimanche des Rameaux avec la Bénédiction des Palmes, des manifestations de deuil dans les églises drapées de voiles noirs puis, les défilés des "pasos" qui montrent les étapes de la Passion du Christ figurées par des groupes sculptés en bois, de taille humaine.

Ces tableaux particulièrement réalistes représentent soit des scènes complexes à plusieurs personnages ou le Christ ou la Vierge Marie. Ils sont montés sur des portants richement décorés, portés à dos d' hommes et escortés par les membres de leur Confrérie.

Ces Processions vont, du Dimanche des Rameaux au Dimanche de la résurrection, parcourir les rues de Séville en cortèges savamment orchestrés, impressionnants par leur caractère solennel et pathétique.
L' origine de ces manifestations remonterait au Concile de Trente.

A l' origine, ces regroupements étaient corporatifs. On retrouve encore cette tradition dans l'appellation de certaines Fraternités "los panaderos" les boulangers ou " la carretería" les charretiers etc...
L' étape suivante a été le regroupement au sein d' un même quartier ou d' une même paroisse.
De ces lents et douloureux cortèges, celui de Séville est le plus remarquable et le plus brillant.

DEROULEMENT
pénitent

L' ordre le la procession est immuable :
En tête du cortège une croix entourée par les dignitaires de la confrérie. Puis viennent les hautes cagoules des pénitents : les "nazarenos" . Revêtus de la tunique de leur confrérie ils marchent devant les "pasos" portant étendards, enseignes, cierges et autres attributs de la confrérie.

Les "pasos" sont des sortes de chars de plusieurs tonnes surmontées de statues de bois polychromes, richement décorés de fleurs et de dorures.

En dessous, les "Costaleros", en appui sur une ossature de bois, assurent le déplacement de l'ensemble. Ils supportent les scènes de la Passion du Christ, un Christ ou une Vierge au visage lumineux.

La sortie et l' entrée des églises est un moment important de la procession, car les portails étroits et bas demandent une grande habileté aux "costaleros"; il en est de même lors des virages dans les rues étroites. Les "pasos" sont guidés par le "capataz" qui à l' aide du "martillo" appelé aussi "llamador" donne les ordres nécessaires pour l' exécution des mouvements.
Certaines processions sont accompagnées de chants liturgiques solennels et de fanfares, d' autres par contre comme "El Silencio" se déroulent dans le plus grand silence des participants.

martillo ou llamador

Mélange de sacré et de profane, c'est un contraste permanent entre une foule bruyante, colorée, agitée et une procession de nazarenos silencieux, recueillis et graves, tout cela, plongé dans une odeur de cire et d'encens.
Parfois, un cri , une " Saeta" jaillit d'un balcon ou de la foule, par un homme ou une femme éperdue d'émotion qui exprime sa douleur, expression personnelle d'une ferveur exacerbée.
Cette fête religieuse qui plonge ses racines vers le 16eme siècle et qui fait revivre le chemin de croix du Christ exprime l' "esprit" de Séville.

Ces processions sont effectuées en respectant un protocole rigoureux quant à l' itinéraire emprunté, et aux horaires de passage.
Bien que du point de vue strictement religieux, l'essentiel soit d'arriver à la Cathédrale et de revenir à son point de départ, l'harmonisation des déplacements des processions est compliquée. Toutes les confréries qui partent de points différents de la ville, ont l'obligation de passer sur ce que l'on appelle "Carrera Oficial", le parcours officiel .
Celui-ci va de la place de "la Campana" à la "Cathédrale", en passant par la rue Sierpes, la Place de San Francisco, l'Avenue de la Constitution pour entrer dans la Cathédrale par la "porte de San Miguel" et sortir par celle" de los palos" qui donne sur la place "Virgen de los Reyes".

UNE DATE
La Macarena

Le 5 juin 1971, l' alcade de Séville faisait citoyenne d' honneur "La Macarena" et lui remettait la médaille d' or de la ville.
Dans ce geste, c' est toute la passion des sévillans pour leurs Vierges qui se retrouve; des 55 qui défilent avec les "cofradias" pendant la Semaine Sainte, la Macarena est sans nul doute la plus adulée. Avec son air d' enfant, son sourire doux, elle semble à l' écoute de toute cette ferveur qui monte de la rue.
Mélange de piété, de théatralité, de dévotion où se côtoie le luxe le plus ostentatoire et la misère, la Semaine Sainte est le rassemblement et la communion de tout un peuple.

Petit rappel :

Chaque jour de la Semaine Sainte est appelé Saint.

La Semaine Sainte s' ouvre avec le Dimanche des Rameaux.

Elle se clôt avec le Dimanche de Pâques.

Lundi Saint, Mardi Saint, Mercredi Saint et Jeudi Saint au soir, appartiennent au Carême.

A partir du Jeudi Saint, et jusqu'au Dimanche suivant, on entre dans une période appelée "Triduum pascal" : trois jours où les célébrations suivent la Pâque du Christ (sa mort et sa résurrection).

C' est la solennité des solennités, la plus grande fête du Christianisme.

Dimanche des Rameaux :
Entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem. Jésus est accueilli comme un roi : ânon, tapis de palmes, acclamations.

Lundi Saint :
le repas de Béthanie pendant lequel Marthe répandit des parfums sur les pieds de Jésus .

Mardi Saint :
L' Annonce et l' Exaltation - les Apôtres laisseront le Christ seul au cours de sa passion.

Mercredi Saint : Juda vend Jésus pour 30 deniers

Jeudi Saint :
Célébration de la Cène et de l' institution de l' Eucharistie. La Cène est le dernier repas du Christ avec ses disciples.

Vendredi Saint :
Le Chemin de Croix - célébration de la Passion du Seigneur et de sa mort sur la croix.

Samedi Saint :
La mise du Christ au tombeau.

Dimanche de Pâques :
commémoration de la Résurrection de Jésus-Christ, le troisième jour après sa crucifixion le vendredi saint. C' est le jour le plus saint du calendrier chrétien.


GLOSSAIRE :

mortification

Soumettre son corps, sa chair à une souffrance dans un but d' ascèse

iconeicone
Valid XHTML 1.0 Transitional