fond color

LA SEVILLANA -l'Histoire


la Sevillana est l' âme des fêtes de la Basse Andalousie.

La Sévillana dérive de la variété sévillane de la Seguidilla ( l' autre étant Manchega et Murciana).
Citons le Copla :

Seguidillas manchegas
Son las que canto
Porque las sevillanas
No valen tanto

Je chante les séguidillas
Manchegas
Car les sévillanes
Ne sont pas aussi belles

fête andalouse

C'est en 1884 qu 'apparaît dans le dictionnaire de la langue Castellana, le mot Sevillana, mais il a déjà été utilisé dans un poème épique "la Quincaida" publié en 1799. La littérature elle-même nous renseigne sur la Sévillana et son ancêtre la Siguidilla.
Les premières références datent du siècle d' or espagnol chez Mateo Aleman et Cervantès.
Citons cette phrase de la Gitanilla :


Salio la tal Preciosa, la mas unica bailadora que se hallaba en todo el gitanismo ... rica de villancicos, de coplas, seguidillas y zarabandas...


Précieuse apparut : c'était l' incomparable danseuse qu' on pouvait trouver dans toute l' Andalousie, riche de villancicos, de coplas, seguidillas et zarabandas.

Pendant tout le XVII° et XVIII° siècle, la Seguidille est mentionnée dans de nombreuses oeuvres, notamment théâtrales, puisque cette expression musicale servait souvent d' intermède au théâtre.

En 1803 est publié un texte qui décrit la chorégraphie des Seguidillas Manchegas et boleras. Les similitudes qui existent entre les sévillanas d' aujourd'hui et la séguidilla d' autrefois sont précisées par Antonio Carion dans son ouvrage 'Les principales règles de danse' ou l' auteur associe boléro et seguidilla.

En publiant en 1881 la 'Coleccion de cantes flamencos', Machado y Alvares fait se concentrer toute l' attention des intellectuels sur une nouveauté "le flamenco" reléguant dans le "folklore" la sévillana.

Cette mise à l' écart coïncide avec la naissance de la sevillana qui en se libérant de la tutelle de la séguidille devient un danse populaire à part entière.
La littérature du XX° siècle est pratiquement muette sur la Sevillana. Cependant, cette désaffection des écrivains n' entrainera pas d' éclipse de la danse en Andalousie, ni d' abandon populaire.

la Sevillana continue à être l' âme des fêtes de la Basse Andalousie.
icone
Valid XHTML 1.0 Transitional