fond color
asso.lamarisma@gmail.com

LE FLAMENCO

Les origines

iconePREAMBULE :

Qui peut résumer le flamenco ?
C'est avec beaucoup d'humilité que j'ai essayé au travers de ces quelques pages de donner un sens très simplifié à ce mot. Dès que l'on y touche, nous sommes entraînés dans une spirale infernale et sans fin. Plus on ouvre de livres, plus on écoute de cantes, plus le chemin paraît sinueux, se ramifiant sans cesse, laissant l' impression d'avancer sur tapis en roue libre. Je me suis appuyé sur un certain nombre d'ouvrages cités dans la page bibliographie Glossaire pour parfaire mes modestes connaissances sur cet Art et aussi pour remettre à jour mes pauvres connaissances sur l'histoire de la péninsule ibérique et surtout celle de l"Andalousie.

Les racines du Cante flamenco vont nous faire nous immerger dans l'histoire profonde de l'Andalousie. S'enrichissant par des apports extérieurs permanents, c'est au travers des mythes de Tartesse et au rythme des invasions, des peuplements successifs, des cultures mauresques, juives, chrétiennes, que vers le XVIII° siècle il est officiellement né. De nombreuses études et ouvrages traitent de la structure littéraire, de l'origine des chants et de structures musicales du Flamenco.

iconeLE BERCEAU :

Carrefour de civilisation, l'Andalousie a subit le choc des cultures orientales et occidentales - influences orientales par les Phéniciens, les Byzantins, les Arabes, les Berbères, les juifs - influence occidentale par les Romains, les Wisigoths, et les Castillans après la reconquête.

Cadix fut fondée par les Phéniciens en 1200 avant J. C. sous le nom de Gadir ou Gades. Les autochtones qui sont installés sur cette terre ne sont toujours pas, à l'heure actuelle, bien définis : Tartessiens ou Ibères ? Le Guadalquivir s'appelait autrefois Tarsis. Il semble que le peuple Tartessien occupait tout l'ouest de l'Andalousie.
Les Ibères occuperont l'est de la péninsule. La faiblesse de tartesse favorise l'invasion carthaginoise rapidement contrée par Rome. Tartesse deviendra la "Bétique romaine" et donnera à Rome d'illustres personnages, entre autre Sénèque, Trajan et Adrien.
Pour la petite l'histoire une petite ville au bord du fleuve a pris pour nom celui de l'empereur qu'elle a donné à Rome : Trajan qui par déformation s'est transformé en Trajana puis traïana pour finalement devenir Triana.
L'Andalousie absorbera sans résistance la culture romaine. Le culte de Mithra introduit par les soldats romains pourrait être à l'origine de la tauromachie.
Le 3eme siècle verra l' invasion des Francs et des Alamans, le 4eme sera marqué par une relative stabilité sous Constantin Ier. Les invasions barbares reprendront au 4eme siècle avec l'arrivée des Vandales et des Wisigoths qui après avoir éliminés les Vandales s'installeront pour deux siècles. Ceux-ci amèneront avec eux quelques brides de leur civilisation celtique ou apparaissent déjà les rudiments d'une religion monothéiste: le christianisme.
Au 6° siècle, une sérieuse crise religieuse liée à une loi gothique qui interdit les mariages mixtes wisigoth/hispano-romain rompt un équilibre fragile. L'unification du peuple hispano-gothique s'achèvera au 7 eme siècle pour faire face à une autre menace ...
Mais le christianisme résistera et sera toujours en pointe du combat pour contrer la domination islamique.

La naissance de l'islam va faire vivre pendant 800 ans l'Andalousie au rythme de l' hégire.

L'histoire de la future Al Andaluz débute par le débarquement en 711 de Tariq sans doute aux abords de Gibraltar "djebel tariq" - en sept ans , il conquiert la péninsule ibérique qui devient la province musulmane d'Al Andaluz.
Le nom de grand fleuve ' Oued el Quivir' sera hispanisé pour plus tard se transformer en Guadalquivir.
C'est au carrefour de deux civilisations : orientale et occidentale que l'Emir va établir sa métropole. Abd-el Rahman I s'installe à Cordoba ou il devient la première autorité omeyyade. Cordoba devient la capitale de l'islam d'occident.
En 929 Adb-el-Rahman III érige ses territoires musulmans en Califat.
De 1008 à 1031 guerre civile et effondrement du Califat omeyyade passé sous l'autorité de l'hadjib Al Mansour. Il laissera la place aux royaumes taïfas. Bousculée deux fois, par les chrétiens venant du nord, l'islam andalou se reprend grâce à l'arrivée de deux peuples berbères : les Almoravides en 1086 et les Almohades en 1172.

alhambra

La période de tolérance est finie, les Almoravides demandent une soumission totale à leurs exigences : Convertion pour tous.boabdil Cette triste période sera illustrée par les massacres des chrétiens et des juifs de Grenade en 1066 et les persécutions des artistes et des intellectuels qui s'étaient mis à l'écart de la religion.

Grenade ou Almoravides et Almohades règnent sera le dernier foyer musulman de la péninsule il tombera en 1792. L'exil à Fez de Boabdil dernier roi de Grenade est enfouie dans l'imaginaire populaire, avec une connotation nostalgique

Quand on prononce le mot Andalousie, c'est souvent musique qui vient tout de suite à l'esprit. Le flamenco est en fait la synthèse de la mémoire collective des peuples qui se sont installés dans cette région.

iconeNAISSANCE D'UN ART :

LES GITANS :

Les Tsiganes, appelée aussi Romani, Rom, Bohémiens, etc., forment un peuple indo-européen d'origine indienne. Il s'agit des Kshattriyas qui, venus du nord de l'Inde, sont arrivés en Grèce au IXe siècle. Puis, au XIIIe siècle, les Rajputs les ont rejoints. Ensemble, ils ont formé la Romani Cel - le peuple tsigane - d'où leur surnom de «Romanichels», mais ils se nomment eux-mêmes Romané Chavé «fils de Ram» (héros de l'épopée indienne Ramanaya).

carte des migration Rom

Ceux qui parlent encore le romani (ou tsigane) - environ 1,5 million de locuteurs -, leur langue ancestrale, habitent surtout la Bosnie-Herzégovine, la Roumanie, la Pologne, la Hongrie, l'Albanie, la Grèce, la Slovaquie, l'Ukraine, le Portugal, l'Espagne, la Norvège, la Suède, la France, les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne et la Grande-Bretagne. La langue romani reste l'unique représentante européenne du groupe indo-iranien appartenant à la famille indo-européenne. Le romani a préservé en grande partie l'héritage des langues de l'Inde du Nord, plus particulièrement le hindi et le rajasthani dont il a en commun plus de la moitié du vocabulaire de base.

la gitanilla de Dirck Hals

Ils ont étalé leur exode du 5° siècle au 9° siècle de la vallée de l'Indus pour se diriger vers l'Iran. Migration provoquée par des conditions de vie imposées par les invasions aryennes et contraires semble-t-il à leur mode de vie. Entre le 9° et le 10° siècle, ils continuent leur progressions vers l'ouest en se scindant en deux , un groupe, sans doute le principal vers le nord ouest à travers l'Arménie, l'Afghanistan, l'Iran, Byzance et un groupe vers le sud ouest vers l'Egypte qui s'appelait à cette époque Basse-Egypte. Pendant le 10° siècle, le groupe sud continuera son exode vers la Lybie, la Tunisie et le Maroc. Mais il n'existe aucune preuve historique de la pénétration en Andalousie des gitans par cette voie. Entre le 10° siècle et la 1ere moitié du 15° siècle, le groupe du nord atteint la Bohème, la bavière et Paris La 2eme partie du 15° siècle les verra descendre jusqu'à la Lusitanie (grande partie du portugal). Des saufs conduits délivrés par les autorités espagnole de l'époque dont le plus vieux serait date de 1425 signé d'Alfonse V d'Aragon attestent de leur passage par cette voie. Un autre document daté de 1462 témoignerait de leur arrivée en Andalousie par Jaen.

Leur dénominations :
Rom: Le seul nom que les Tsiganes se donnent eux-mêmes, c'est le nom de Rom (masc. sing.) qui signifie «époux». Il emploient aussi Romni (au fém.) et Roma (au pluriel, masc. et fém.). Tous les autres termes servant à identifier les Tsiganes ont été donnés par des non-Rom. Habituellement, le terme de Rom désigne les Tsiganes d'Europe centrale. les gitans de Jan Grueghel
Tsigane: Du mot grec athinganos, il signifie «celui qui ne veut pas toucher ni être touché». Le terme sert à désigner les Rom, indistinctement de leur pays d'accueil.
Gitan: À leur arrivée en Grèce au IXe siècle, les Tsiganes se sont regroupés dans le Péloponnèse au pied du mont Gype. Par la suite, les voyageurs italiens appelèrent ce lieu «la petite Égypte» et leurs habitants Egyptiano. Le même mot a donné Gitano en Espagne et au Portugal, puis Gitan en France et Gypsy en Grande-Bretagne. En France, le mot gitan désigne les Tsiganes du Midi vivant près des Saintes-Maries-de-la-Mer.
Bohémien: Les premiers Tsiganes arrivés en France venaient de la Bohème (une région de la République tchèque actuelle), d'où ce surnom.
Manouche: Ce terme d'origine tsigane provient du mot mnouch et signifie «homme». On dit qu'il sert à désigner la moustache (ou bien la barbiche) que porteraient la plupart des Gitans. En France, les Manouches sont généralement installés près des rives de la Loire.

LES SEFARADES :

Les Séfarades ou Sefardi (mot qui désignait les juifs d'Espagne) sont présents depuis l'antiquité dans la péninsule ibérique. Ils forment une des plus grandes communautés de la diaspora juive du Moyen-Age. Persécutés par les Wisigoths, La tolérance prodiguée à leur encontre par les omeyyades favorise leur épanouissement. L'arrivée des Almohades et de leur fondamentalisme les oblige à fuir, au 12° siècle, et se réfugier auprès des Rois chrétiens. Spécialisés dans le négoce, la finance, la médecine, ils deviendront rapidement les meilleurs alliés des Rois catholiques jusqu'à ce que le fanatisme des prédicateurs chrétiens se retourne contre eux et que le cycle persécution , exode recommence.

L'ORIENTALISME ANDALOU :

Il est sur que la civilisation gréco-byzantine à influencée les arts gitano-andalous. Manuel de Falla attribue cette influence au culte orthodoxe pratiqué par l'église d'Espagne jusqu' à l'introduction au 11° siècle de la liturgie romaine.

LA MUSIQUE :

Ziryab

Le premier grand musicien de l' Europe est sans doute ZIRYAB, musicien talentueux qui est obligé de fuir Bagdad et qui débarque en Al Andaluz en 822. Pendant trente cinq ans, c'est à travers son génie que la musique andalouse va s'exprimer.
Compositeur, il crée un millier de mélodies qui vont être disséminées en Andalousie et au delà de la Méditerranée.
Chanteur, il met au point les techniques vocales qui sont toujours présentes dans le flamenco : ouverture du chant par le "Aaaa.." pour la préparation de la voix et la mise en condition du chanteur; la position assise du chanteur, le travail de l'abdomen dans l'expression de la voix.
Technicien, il codifie les chants, limitant les improvisations.
Pédagogue, il fait travailler le chant au travers de la pratique des vocalises.
Instrumentiste, il modifie les cordages des instrument en jouant avec la matière et le nombre des cordes - il ajoute une cinquième corde au "Oud". La musique Andalouse sera fortement inspirée par son oeuvre et les technique qu'il a développé.

LE CHANT :

Il faut souligner, que si les gitans ont eu une participation décisive dans la gestation du flamenco, ils n'en sont pas pour autant les uniques créateurs. En effet, on ne trouve pas de trace de cette forme musicale sur le chemin qui les a conduits en Espagne. On peut donc dire que c'est la cohabitation des gitans et des andalous qui l'a fait éclore et encore, seulement dans certaines régions de l'Andalousie.

Les premières traces de chant remontent au XV°siècle avec les romances. Nous pouvons les rapprocher des "chansons de geste". La romance va disparaître peu à peu de l'Espagne mais va être absorbée en Andalousie par le peuple qui va en faire dès le XVIII°siècle des chants à transmission orale. Les romances ou les corridos sont signalées par un écrivain dès 1847.

Les grandes lignes du cante flamenco furent tracées au 18° siècle mais le lent processus de son évolution a duré plusieurs siècles. Le flamenco malgré des apparences d'art très anciens n'a en fait que deux siècles d'existance avec très peu d'information sur les cinquante premières années.

Le premier chanteur connu de toñas est Tio Luis el de la Juliana. Tio ici est un titre de la communauté gitane et il est possible d'en déduire que les premiers chanteurs connus sont gitans. Les non-gitans, les payos n'utiliseront le flamenco comme moyen d'expression que dans la seconde moitié du XIX°siècle.

Les chants évoquent le passé, le vécu de tout un peuple, marqué par la souffrance, les privations, les frustrations. Ils seront marqués également par la vague de romantisme qui submerge l'Europe et qui n'épargnera pas l'Andalousie. Ce cri sera poussé avec les chants non accompagnés, donnera le canto jondo. la guitare à cette époque n'est utilisée que pour l'accompagnement de chants mineurs.

Cet art dont l' Europe prend conscience au travers des intellectuels qui voyagent en Andalousie, transforme la vision de "vagabond" du gitan. Tout au long du XIX°siècle, le flamenco va étendre son empreinte grâce à des interprètes de renom mais aussi par la diffusion de l'existance de cet art par les grands écrivains : Georges Sand, Gerard de Nerval, Théophile Gauthier, Charles de Beaudelaire... Ces chants et leur interprètes évoluaient jusqu'à la fin du XIX°siècle, dans un contexte social du clan familial. A partir de cette époque, une mutation importante va bouleverser cet état de fait par la création des cafés chantants qui en assurant une large diffusion des cantes, va aussi apporter une certaine décadence à cet art

LES CAFES CHANTANTS :

C'est au milieu du XIXeme siècle qu'ils naissent. Jusque là, les cantaors célèbres ne vivent pas de leur art et ont une profession : forgerons, ouvriers agricoles, manoeuvres, péons dans les corridas ... Ce serait un dénommé Silverio Franconnetti qui rentrant d'Amérique latine va inventer le "café chantant" - une pièce avec chaises et tables, un plancher porté par des tréteaux pour que le zapateados sonnent bien, un bar et un groupe de chanteurs, guitaristes et danseuses (il n'y a pas ou peux de danseurs à cette époque) et une claque qui par ses palmas et ses interjections anime la fête.

C'est un spectacle ou le client vient voir se produire, après avoir acheté son billet, des artistes. C'est une révolution qui va bouleverser le flamenco qui devient brusquement source d'argent. La mise en place de ces "café-chantants" fut laborieuse. Le pire et le meilleur y furent programmés. Les cantaores les plus renommés s'y produisirent : le gitan Manuel Torre, le payo Antonio Chacon. Les artistes sont des employés parfois attachés à un établissement mais l'argent faisant son travail souterrain conduisit peu à peu à la décadence.
Appelés tablao flamenco aujourd'hui, on y trouve de tout, quant au public il est essentiellement étranger. En réaction et afin que se conserve l'autenticité, un mouvement vit le jour à l'initiative de quelque aficionados Manuel de Falla - Frederico garcia Lorca entre autre sous la forme de concours de Cante Jondo.

Le flamenco fit même son entrée au théatre. Ce serait sous l'impulsion de Chacon qui dans les années 20, il y aurait fait une apparition, sous une forme appelée opéra-flamenco.

LE CONCOURS DE GRENADE :

En 1922, Manuel de Falla décide d'organiser un concours de canto jondo. Il sera aidé dans sa tâche par un jeune poète Frederico garcia Lorca. Le jury sera présidé par Antonio Chacon avec la Niña de los peines, le guitariste Andres Segovia et Ramon Montoya et d'autres artistes peintres, écrivains ...

Bien qu'événement ponctuel, il a eu un impact très grand qui a marqué l'histoire du flamenco. Présenté comme un demi-échec, car laissant les garants de l'âme du flamenco de côté :"le peuple", ce concours laissera quand même le texte devenu classique du règlement du concours dont le préambule dit :

"Ce concours à pour but la reconnaissance, la conservation et la purification du canto jondo appelé aussi parfois cante grande, actuellement sous-estimé et incompris. Il est considéré comme un art inférieur alors qu'il est une des manifestations populaires les plus précieuses de l'Europe."

Ce concours malheureusement n'aura pas eu l'image positive qu'il était sensé amener. Il ne fit qu'un peu plus de publicité à un art en pleine décadence.

LES ANNEES 50 - AUJOURD'HUI

Un certain nombre d'événements ont marqués les années 50 et vont transformer complètement l flamenco :
- Publication du livre 'Flamencologia.." par Anselmo Gonzalez Climent.
- Fondation de la Chaire de Flamencologie de Jerez.
- Édition de la première anthologie discographique de flamenco chez Hispavox.
- Protection du patrimoine culturel avec la création d'associations, de conseils culturels, de congrès etc.

Dans les années 60, ce sont les disques et l'avènement du tourisme en Espagne qui vont être le moteur de la propagation du flamenco. L'accent est cette fois ci donné sur la danse qui est plus attrayante que le cante pour les touristes. La prolifération de Tablao flamencos, qui sont une adaptation de l'ancien café cantante, va participer à la diffusion du flamenco au niveau mondial.
Le disque quant à lui a donné a un très grand nombre d'amateurs la possibilité d'écouter les grands cantaors, qui sans ce moyen ne les aurait sans doute jamais connu. Il faut garder en mémoire, que la discographie actuelle nous permet d'écouter toutes les voix flamenca, de Chacon à nos jours. L'écoute d'un bon disque dans de bonnes conditions offre à l'amateur bien des plaisirs et bien des émotions.

Aujourd'hui, ce sont les grands festivals de nombreuses ville d'Andalousie (une cinquantaine), en France Mont de Marsan, Grenoble, Béziers et d'autres en Europe ou dans le monde qui contribuent à la diffusion de cet art et à l'éclosion de nouveaux talents.

Le flamenco poursuit son chemin, il a survécu à toute les crises, passé toutes les modes, et continu à s'imprégner de toute les cultures.

Beaucoup de dangers le guettent, les guitaristes qui rêvent en solistes et ont tendance à oublier l'accompagnement, les bailaores deviennent danseurs de ballet et qui oublient l'émotion au profit de la virtuosité enfin, le cante qui a tendance a devenir une tribune sociale et s'entourer d'instruments qui n'ont pas à mon goût leur place.

 
 
Valid XHTML 1.0 Transitional